Eduquer VS Dresser

Puisque chaque couple est unique, même dans une relation Reine/chevalier rien n’est inné et tout s’acquiert, la question à se poser est de savoir si une Reine éduque son chevalier ou si Elle le dresse.

Regardons la définition d’un dictionnaire (Reverso dans le cas présent)

Eduquer

  • former, développer les aptitudes de quelqu’un
  • apprendre les usages à quelqu’un
  • développer un sens, une faculté (éduquer son oreille)

Dresser

  • mettre droit, mettre vertical un objet
  • ériger, construire
  • dompter, soumettre un animal, un enfant
  • (menuiserie) égaliser, aplanir d’une pièce de bois ou de métal
  • disposer, par exemple la vaisselle sur une table
  • établir, rédiger
  • braquer une personne contre une autre
  • mettre droit, mettre vertical une partie du corps

Si on ne peut le considérer comme un animal, un chevalier se place sous l’autorité de sa Reine comme un enfant le fait sous l’autorité d’un adulte en soumettant à ses volontés. Le terme de "dresser" semble donc dans ce cas approprié.

Par ailleurs, l’éducation conduit à apprendre des usages généraux et chaque Reine est unique. Elle est donc amenée à déterminer des règles qui lui sont propres.

Ces règles, comportementales pour l’essentiel, sont donc uniques et doivent être suivies à la lettre sur un simple signe (comme un animal le fait face à sa dompteuse ou un chien face à sa Maitresse), regard ou mot, voire une situation particulière pour laquelle il aura été conditionné à répondre, comme par exemple :

  • embrasser ses pieds à son retour à la maison, la déchausser avec les honneurs qui lui sont dus,
  • lécher son intimité à son réveil ou à chaque fois qu’Elle la lui présentera,
  • lui servir de lingette après ses pipis,
  • etc…

Il devra parfois aussi accepter :

  • d’être chaste,
  • d’être cocu,
  • d’être contrôler sexuellement et de  n’avoir plus d’orgasmes autrement que par la branlette.

Ce conditionnement tient donc moins de l’éducation que d’une forme de reprogrammation totale – d’une sorte de lavage de cerveau doux (dans le sens ou il ne s’agit pas de manipulation, le chevalier acceptant son remodelage) – visant à s’adapter aux désirs de sa Reine. On peut donc là aussi parler de dressage et ce d’autant plus que ses corolaires sont l’obéissance et la dévotion.

Enfin au delà de l’éducation (nécessaire) consistant à lui faire comprendre que les valeurs féminines sont supérieures au valeurs masculines et qu’une Femme a plus de besoins qu’un homme, une Reine attend de son chevalier qu’il accepte de perdre son égo de mâle, qu’il accepte les humiliations, de s’abaisser devant Elle, toutes choses qui nécessite à cette dernière d’imposer son autorité sans négociation possible.

Néanmoins le dressage n’est pas forcement coercitif et il peut être fondé sur la suggestion et la récompense plutôt que sur la punition (comme les animaux marins par exemple) même si cette dernière ne doit pas être exclue en dernier recours.

Il n’en est pas moins vrai que fesser son soumis – même s’il n’a pas fauté – est encore un excellent moyen pour une Maîtresse de le conditionner à accepter sa soumission.

S’ils se rejoignent par certains côtés, l’éducation et le dressage sont deux choses différentes. La première modèle l’esprit, le second le comportement.

Education et dressage sont donc complémentaires et une Femme dressera d’autant plus facilement un homme qu’Elle l’éduquera en parallèle à comprendre et accepter la supériorité des valeurs de la Féminité sur celles de la virilité.

Donc, pour ouvrir son esprit aux valeurs du Féminin une Reine doit éduquer son chevalier, pour casser son ego de mâle et lui faire servir Son Féminin, Elle doit le dresser.

7 réflexions au sujet de « Eduquer VS Dresser »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>