Insultes

Une Reine peut-elle insulter son chevalier ? Sans doute. Tout est dans le ton. Après tout elle peut se servir de lui comme d’une petite "pute" ou le faire se comporter comme une petite "salope" ou une petite "chienne" lorsqu’il lèche son intimité ou son fondement. Alors pourquoi ne pas lui dire ?

Curieusement les mots employés aux féminins sont plus cassants. Mais puisqu’il ne peut y avoir amalgame entre une Femme supérieure et une "pute", une "salope" ou une "chienne" ces termes peuvent être utilisés pour qualifier le chevalier.

Que ce soit dans ses moments de bassesse ou dans des moments plus tendres. Dans le premier cas le ton doit être cassant pour casser son égo de mâle. Dans le second il peut être amoureux car après tout c’est le souhait du chevalier de se retrouver en état d’infériorité vis à vis de sa Reine. Il peut tirer du plaisir à se sentir ainsi reconnu et aimé pour ce qu’il est : la petite "chienne" de sa Déesse.


Le rôle du soumis vis-à-vis d’un sexe féminin ?

Il doit en apprendre le fonctionnement, dans des livres, des articles ou sous l’autorité de sa Reine. Il doit apprendre à en aimer et en reconnaître les odeurs ou le goût, quel que soit le moment de la journée ou du mois et prendre en charge sa toilette intime. Une langue sera toujours moins abrasive que du savon et toujours plus chaude et douce que du papier toilette. Outre le plaisir de domination que la Reine en retirera, elle y gagnera aussi en hygiène corporelle.

Par ailleurs la langue du soumis devra outre cette première fonction qui le différencie des hommes dominants assurer le plaisir et l’orgasme de la Reine lorsque celle-ci souhaitera qu’il l’honore par un cunnilingus. Dans ce cas particulier il devra être éduqué, car si les hommes pratiquent souvent naturellement mal cette activité, chaque femme réagit également de manière différente à ces stimuli. L’avantage c’est que là, la femme n’a pas besoin de le guider par des soupirs mais qu’elle peut le faire par des mots ou lui imposer de le faire à titre d’exercice jusqu’à ce qu’il agisse correctement.

Cette vénération de l’homme pour le sexe féminin consacre la supériorité du clitoris sur le pénis et de la Féminité sur la virilité. Le clitoris devient le sexe fort. Le plaisir sexuel de l’homme devient accessoire dans la relation, alors que celui de la Femme en devient la pierre angulaire. Le clitoris si longtemps oublié par les mâles devient objet de culte pour le soumis. Il doit, ainsi que son vagin, être honorer de ses lèvres. Baisers appuyés ou mouillés, baisers profonds, baisers sensuels et langoureux à même la peau, petits bécots à travers les vêtements, tout doit être fait pour lui rendre hommage.

Libérée du joug de la pénétration la Femme contrôle d’autant mieux la sexualité du soumis Puisqu’il ne peut jouir de son corps à elle, elle peut l’encourager à se masturber en chérissant des objets prolongement de son corps et de sa féminité, bottes, escarpins, jupes, culottes, sacs…Ainsi le soumis associera avec le temps plaisir sexuel et soumission et la Reine pourra le voir jouir physiquement de sa position de soumis, ce qui renforcera son autorité. La relation devient fétichiste au sens premier du terme puisque le soumis fait l’amour à sa bien aimée à travers des objets qui lui sont proches. Puisqu’il n’a pas le droit de la " posséder " il se rabat sur ce qui fait sa Féminité.

Comme il le fait sous ses yeux il apprend à mélanger honte et plaisir, humiliation et excitation, amour et bassesse ce qui le rend vulnérable devant la Reine. Comme le chien de Pavlov, à terme la seule présence de ces accessoires féminins choisis par la Reine l’excitera ce qui renforcera l’emprise de cette dernière uniquement grâce à sa Féminité.

Ainsi la Femme devient la source de toutes les attentions de l’homme et le renversement des rôles traditionnels l’expression de sa soumission à la Féminité.


Ange et démon

Maintenant souviens-toi que son sexe a toujours été pour la femme un sujet de honte. Son point le plus faible. Il sent, il est humide, il peut exhaler des fluides aux moments les plus délicats.. Bien sur aujourd’hui il y a des moyens de le rendre propre et frais mais l’impression demeure. Comment une femme peut-elle lutter contre cette mauvaise impression ? Si elle est bien servie. Si quelqu’un lui montre une réelle dévotion, une adoration inconditionnelle, une passion illimitée pour son corps et son esprit. Si quelqu’un enfoui son visage contre son sexe, en lèche l’intérieur, boit ses fluides et avale tout ce qu’elle donne.

Alors de quoi pourrait-elle avoir peur ? Comment pourrait-elle être gênée par cet ancien et pernicieux sentiment quand quelqu’un lui montrerait que c’est exactement ce qu’il veut et qu’il le veut d’elle ? A longueur de journée et à longueur de nuit…

Crois-moi, cette passion d’abandon que tu ne croyais pas pourvoir exister, tu la trouveras chez cette femme, son coté animal, monstre sexuel. Et alors elle deviendra totalement sauvage. Elle se posera sur ton visage, te fera lécher son anus, urinera dans ta bouche, jouira de ta langue, s’abandonnera totalement à faire des choses qu’elle n’aurait jamais envisagé pouvoir faire…Crois moi je l’ai vu…

Traduction tirée de "Anne Working overtime" par Tantala : Tanrayb@hotmail.com


La voir parée de cuir

Je trouve que lorsqu’une Femme porte du cuir elle est à la fois plus belle, plus sensuelle et surtout plus impressionnante.

J’aimerais bientôt pouvoir offrir à ma Maitresse de beaux pantalons, de jolies jupes, des tailleurs stricts, de petites vestes cintrées ou évasées, des manteaux qui la rendront encore plus féline à mes yeux et me rendront encore plus soumis lorsque je me présenterai nu devant elle ainsi vêtue.

Peut être me demandera t-elle de les entretenir, de les préparer, de les ranger, comme je pourrais le faire pour ses bottes ses chaussures ou ses sacs….

Je serais dans ce cas le plus heureux des hommes….


Prière

J’aimerais être éduqué par vous ma Reine à :

  • Perdre tous mes repères et oublier ma condition de mâle.
  • Reconnaître la supériorité des valeurs féminines.
  • Respecter et honorer votre esprit et votre corps de femme.
  • Etre l’esclave de votre sexe, apprendre à le connaître, le vénérer, lui donner du plaisir, le nettoyer de ma langue, à en aimer toutes les sécrétions, tous les goûts, toutes les odeurs…
  • Devenir amoureux fou de ce vagin qui vous rend si supérieure.
  • Accepter que mon propre sexe soit épilé, maîtrisé et contrôlé dans toutes ses fonctions même s’il devait être en cage parfois pour prouver mon obédience à votre égard.
  • M’offrir nu ou dans des tenues équivoques et n’avoir plus aucune intimité devant vous ou vos Amies.
  • Baisser les yeux en signe de respect ou offrir mon regard lorsqu’il sera empli de honte.
  • Baiser vos pieds, vos bottes, vos culottes ou tout ce que vous aurez porté parce qu’ils sont symboles de votre féminité.
  • Téter votre poitrine Divine, embrasser vos fesses de Déesse, lécher votre anus de Vénus.
  • Accepter les humiliations de tous ordres pour reconnaître ma faiblesse face à votre volonté et mon humilité à votre égard.
  • Obéir à vos désirs sans rien attendre en retour que la satisfaction que vous éprouverez à me rendre servile.
  • Me comporter comme une poupée de chair pour votre plaisir en oubliant le mien.

Votre chevalier très dévoué.


Chevalier cherche Reine

Chères lectrices et chers lecteurs.

Ce site tenu par un homme soumis est une bouteille à la mer lancée dans l’espoir de trouver sa Reine, une femme complice dans la vie de tous les jours mais également dominante.

Vous trouverez dans ce blog un peu tout ce qui fait une relation fondée sur la supériorité féminine à l’exception de tout ce qui concerne les rapports sado-masochistes qui pour moi ne s’inscrivent pas dans ce thème et parce que, pas masochiste pour un sou, je ne cherche pas une sadique.

Si j’essaye d’inclure dans ce blog des réflexions personnelles, des traductions qui ressemblent plus ou moins à mes pensées, Certaines Reines trouveront surement quelques images ou articles crus – voire vulgaires –  mais ils ne sont que le reflets de ce qui se passe dans la vraie vie D/s.