Pas sur les mains

" Tu aimes quand je te caresse tes petites couilles mon bébé ? Je sais que tu aimerais que je te retire ta cage pour que tu sentes aussi mes mains sur ton zizi mais je n’ai pas le temps. Je dois me préparer pour aller voir un monsieur qui aura une vraie queue à me présenter mais, si tu veux, c’est moi qui te branlerai dimanche en te racontant ma soirée. Pense juste à racheter des gants en latex car tu sais bien que si j’apprécie qu’on jouisse dans mon vagin ou dans ma bouche, j’ai horreur de sentir du sperme sur mes mains. "


Humilier les garçons

" Très tôt j’ai découvert que j’aimais humilier les garçons. Au départ c’était une stratégie de défense pour éloigner les importuns mais je me suis vite rendue compte que certains restaient, comme si l’image de Supériorité que je leur renvoyais était une sorte d’aphrodisiaque pour eux. C’est donc devenu une stratégie de conquête pour faire cette fois le tri entre ceux qui acceptaient de sacrifier une partie de leur ego pour rester auprès de moi et ceux qui n’en étaient pas capables. Si j’admets que mon parcours peut sembler curieux eu égard au normes de notre société, c’est mon choix et je n’en changerai pas. Maintenant ne te trompe pas, puisque c’est devenu le moteur de ma libido, je ne pourrai vraiment aimer un homme que s’il était assez courageux et inconditionnellement amoureux pour tout accepter de moi. Je suis joueuse, je le resterai mais, avec lui, je voudrais aller au-delà du jeu, dans une relation où ma seule limite serait de ne pas le pas le mettre en danger. et mon seul engagement, celui de le reconstruire en tant qu’homme au fur et à mesure que je le détruirai en tant que mâle. "





Collégienne perverse

" Tu aimes ma tenue de collégienne perverse ? Je l’ai acheté pour un amant qui aimait les jeux de rôles et il ne manque que la culotte, celle avec le Hello Kitty qui t’appartient maintenant. Dans celui là, j’étais vierge et après m’avoir séduite avec une sucette, il m’avait montrer qu’on pouvait sucer autre chose avant de me dépuceler. On va continuer ensemble et puisque je suis une Fille, c’est moi qui commande. Naturellement puisque je sais ce qu’est une bite ta zigounette de petit garçon n’a aucun intérêt pour moi et puisque je n’ai pas trouvé un autre monsieur pour satisfaire mes plaisirs, je me caresse encore plus souvent qu’avant de l’avoir connu, surtout quand je vais faire pipi pour être sure de ne pas être dérangée et j’y prend tant de plaisir que j’oublie parfois de m’essuyer après. Parfois j’imagine qu’à la place de mes doigts il y a une langue? Je sais que ça ce fait mais je sais aussi que les messieurs n’aiment pas trop parce qu’ils préfèrent qu’on s’occupe de leur bite et qu’ils ont peur que ça sente mauvais si on ne s’est pas lavé avant. Mais toi puisque tu sais que je ne m’occuperai pas de ton zizi ta seule chance de m’intéresser c’est que tu me fasses découvrir ce plaisir. Essaye de me faire jouir en léchant mon escargot tout baveux de petite pisseuse et si tu y arrives tu pourras me montrer comment tu te branles. "


Une partie de son intimité

" Puisque je viole ton intimité en t’imposant ma présence lorsque je t’autorise à te branler, il me semble normal de te dévoiler une partie de la mienne. Un ami en qui j’ai toute confiance et qui est devenu depuis mon amant a accepter de venir ici et de me faire l’amour devant toi. J’espère que tu apprécies l’honneur que je te ferai en te montrant une partie de ma sexualité que tu ne connais pas. "