Archives pour la catégorie Réfléxions

Accepter son infériorité

" Ce n’est pas la tenue qui fait la Dominante mais puisque tu sais que je le suis et que je sais qu’une Femme portant du cuir est plus impressionnante à tes yeux, je t’ai fait ce petit plaisir le jour de ta branlette. Ce sera pour toi, en le faisant, l’occasion non seulement d’admirer ma Supériorité mais également de te rappeler que tes orgasmes, fussent-ils humiliants, dépendent uniquement de ma volonté et qu’en acceptant de t’abaisser à t’exhiber ainsi devant moi, tu acceptes pleinement ton infériorité de mâle. "

Complément de poids

En complément possible de la cage de chasteté qui verra sa taille réduite au cours du temps, le plug anal qui – inversement – la verra augmenter mais également son poids, surtout quand il est en métal et culmine à près d’une livre pour le plus gros afin que chaque mouvement de son corps lui rappelle sa soumission à celle qui lui a inséré.

Ne pas changer d’avis

" Non je ne changerai pas d’avis et j’ai horreur des petits garçons capricieux et égoïstes. Quand nous avons évoqué la cage de chasteté tu avais convenu qu’une branlette par semaine serait suffisante et que la faire le dimanche soir te permettrait d’être au pic de ta libido en fin de semaine, lorsque nous passons le plus de temps ensemble. Nous ne sommes que jeudi et monsieur a déjà du mal à gérer sa frustration ? Je te rappelle accessoirement que c’est le but ; que ton excitation soit au profit exclusif de mes besoins. Je te conseille donc d’être patient, le temps que ton corps s’adapte à ce nouveau rythme, sinon je pourrais bien sortir ma cravache pour calmer les ardeurs de ta petite nouille afin de nous éviter à nouveau ce genre de conversation. Maintenant, revenons aux fondamentaux, j’ai sommeil et j’ai besoin de ta langue avant d’aller dormir. "

Le materner

" Si j’aime te fesser ce n’est pas juste pour le plaisir de t’humilier mais parce que, puisque tu n’as rien d’un homme, j’aimerais que tu te sentes de plus en plus petit garçon, obéissant, malléable, incapable de résister à mes demandes dégradantes pour toi, qui te rendront si attendrissant qu’après j’aurai envie de te materner pour mieux te relever. "