Archives pour la catégorie Fétichisme

Aucun danger

" Si la portée symbolique me fascinait, j’avais encore quelques réticences mais, maintenant que je sais qu’à part si j’étais malade il n’y aurait aucun danger pour toi à ce que je le fasse, j’ai très envie de franchir une nouvelle étape dans notre relation en pissant dans ta bouche. "

Pression de la vessie

" Mes amies seront flattées de constater les efforts que tu fais pour ne pas te laisser distraire par des petits besoin pressants quand tu devras les servir et les honorer. Et puis, si Elles devaient trousser ta robe, Elles ne pourront plus se moquer de la taille de ta bistouquette mais juste constater qu’elle a du mal à résister à la pression de ta vessie, surtout après les deux bières que je t’ai encouragé à boire pour te déstresser. "

Collégienne perverse

" Tu aimes ma tenue de collégienne perverse ? Je l’ai acheté pour un amant qui aimait les jeux de rôles et il ne manque que la culotte, celle avec le Hello Kitty qui t’appartient maintenant. Dans celui là, j’étais vierge et après m’avoir séduite avec une sucette, il m’avait montrer qu’on pouvait sucer autre chose avant de me dépuceler. On va continuer ensemble et puisque je suis une Fille, c’est moi qui commande. Naturellement puisque je sais ce qu’est une bite ta zigounette de petit garçon n’a aucun intérêt pour moi et puisque je n’ai pas trouvé un autre monsieur pour satisfaire mes plaisirs, je me caresse encore plus souvent qu’avant de l’avoir connu, surtout quand je vais faire pipi pour être sure de ne pas être dérangée et j’y prend tant de plaisir que j’oublie parfois de m’essuyer après. Parfois j’imagine qu’à la place de mes doigts il y a une langue? Je sais que ça ce fait mais je sais aussi que les messieurs n’aiment pas trop parce qu’ils préfèrent qu’on s’occupe de leur bite et qu’ils ont peur que ça sente mauvais si on ne s’est pas lavé avant. Mais toi puisque tu sais que je ne m’occuperai pas de ton zizi ta seule chance de m’intéresser c’est que tu me fasses découvrir ce plaisir. Essaye de me faire jouir en léchant mon escargot tout baveux de petite pisseuse et si tu y arrives tu pourras me montrer comment tu te branles. "

Plus d’entrain

" Mets-y un peu plus d’entrain ! Comment croire que tu m’admires si tu n’admires pas tout de moi ou que tu m’estimes tellement Supérieure si tu n’es pas capable de t’abaisser sans restriction à vénérer mon tou du cul pour me le prouver. Maintenant, je veux sentir ta langue essayer de le pénétrer comme si ta vie en dépendait. "

Maman de substitution

" On dit que les hommes cherchent souvent l’image de leur mère chez une Femme et que certaines Femmes voient les hommes comme des petits garçon. C’est mon cas. Même si je reconnais qu’ils ne sont pas vraiment responsable et que leur éducation patriarcal leur a appris à être des rois sans leur en donner la maturité et les qualités. Tu n’es pas le pire et je sais qu’au fond de toi tu as compris que ce sont les Femmes qui devraient être Reine mais la taille de ton pénis évoque aussi pour moi celle d’un petit garçon prépubère donc encore incapable de faire l’amour. Et quoi de mieux pour un petit garçon soucieux de rendre hommage à l’autorité Féminine qu’une Mère de substitution qui reprendra son éducation en main pour lui enseigner les vertus du Matriarcat ? Plutôt que Madame, Ma Reine ou Maitresse, je veux donc que tu m’appelles désormais Maman. Je serai bien sur une Maman un peu particulière puisque je t’appendrai non seulement tout ce qu’un petit garçon devrait connaitre pour, une fois adulte, satisfaire une Dame mais également des choses qui, si elles sont fondamentales, ne font normalement pas partie de ce qu’une Mère enseigne à son fils, dans une relation à la forme incestueuse mais qui ne le sera pas, d’abord parce qu’elle sera exempte de pénétration de ta part et ensuite parce que nous ne sommes pas réellement consanguins. Je mettrai toujours des tenues strictes qui te rappelleront mon Autorité pour t’encourager à m’obéir mais sexys et élégantes pour t’aider, plutôt que de le combattre comme ferait une vraie Maman, à créer le désir œdipien que je veux susciter chez toi. Je le renforcerai en t’aidant à développer une forme de fétichisme de tout ce qui m’appartient pour que tu deviennes totalement dépendant de la vénération que tu me porteras, qui ne sera plus sublimée mais réelle, et qui me rendra unique et irremplaçable à tes yeux. Pour finir, si je n’hésiterai pas à te punir si tu étais un vilain garçon, je prendrai bien plus de plaisir à être obéie et à te récompenser par mon sourire, ma tendresse, mes câlins, mon sein et, parfois, la caresse de ma main sur ton zizi d’enfant. "